Nouveautés

SAMEDI 13 JANVIER 2018 15h-18h

Espace L’Harmattan 21bis rue des Ecoles Paris (5) Métro Maubert-Mutualité

Entrée libre, inscription souhaitée (non obligatoire) : merci d’utiliser le formulaire de contact en indiquant comme sujet : séance du 13 janvier 2018, ou de contacter dlagot@laposte.net

La participation de représentants d’organisations intéressées aux débats, en particulier d’organisations humanitaires, est vivement espérée. Merci de la confirmer pour faciliter l’organisation de la séance et prévoir les interventions.

Présentation du livre de Daniel Lagot

La France et les questions internationales
Bilan des années 2010 et perspectives
L’Harmattan, Paris, novembre 2017

Le livre contient d’une part (voir vidéos) les transcriptions des exposés des porte-parole des principaux candidats à l’élection présidentielle 2017 (dont Jean-Jacques Bridey, président de la commission de la défense à l’Assemblée nationale pour Emmanuel Macron, et les représentants de Benoît Hamon, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon) lors de la séance d’avril 2017 organisée par l’ADIF et l’association française du mouvement Pugwash (prix Nobel de la paix 1995). Il contient d’autre part divers articles apportant des informations et analyses complémentaires et présentant les évolutions depuis l’élection.

Thèmes traités : les guerres et conflits des années 2010 (quel bilan de l’action de la France, quelle évolution  depuis l’élection?),  la défense (en fonction de quelles menaces et de quels objectifs ?) et l’arme nucléaire : voir ci-dessous.

Un exemplaire du livre sera remis gratuitement (et le cas échéant dédicacé) aux participants qui le souhaiteront.

Discussion-débat sur les thèmes :

L’arme nucléaire

Après diverses évolutions récentes (nouveau traité d’interdiction de cette arme, auquel les Etats dotés ne souhaitent pas adhérer à ce jour, prix Nobel de la paix 2017 attribué à l’ICAN, Campagne internationale pour l’abolition de l’arme nucléaire, Corée du Nord…), les questions restent posées : l’arme nucléaire, nécessaire pour la protection d’un pays ?, instrument de paix aux mains de certains Etats, dont la France…mais non des autres… ? ou sourde menace pour l’humanité ?…

Les organisations humanitaires jouent-elles un rôle utile ou nuisible pour la paix ? 

Sous ce titre ‘provocateur’, il ne s’agit bien entendu pas de remettre en cause le rôle des organisations humanitaires pour dénoncer les crimes et porter secours aux victimes, mais de discuter des questions suivantes :

i) Quand peut-on ou doit-on intervenir militairement dans un pays lorsque des violations des droits de l’homme et/ou des crimes y sont commis ? Quand doit-on privilégier la guerre ou la diplomatie et la négociation ? De nombreuses organisations humanitaires ont, au moins implicitement, soutenu les guerres contre le régime Kadhafi en Libye en 2011 (où les informations sur les massacres généralisés se sont pourtant révélées infondées : voir entre autres rapport 2015 du Parlement britannique) et contre le régime syrien de 2012 à nos jours.. Ont-elles eu raison ?

ii) Qu’en est-il de l’amnistie lors d’accords de paix (à la fin de la guerre d’Algérie, du conflit entre l’IRA et le Royaume Uni, du conflit en Colombie…) ? Des organisations humanitaires s’y opposent : l’amnistie ne rend pas justice aux victimes et n’encourage pas d’autres responsables d’Etats ou d’organisations non étatiques à veiller au respect du droit international humanitaire. Elle peut cependant faciliter la paix. Par ailleurs, la définition des crimes et des responsabilités sont en partie soumises à interprétations et la justice internationale reste largement à ce jour à sens unique. Entre autres questions d’actualité : le président syrien pourra-t-il se présenter aux élections envisagées sous contrôle international ou devra-t-il être déféré à la justice internationale (condition qui ne faciliterait pas la paix) ?